Tout savoir sur les feux de croisement

Être un bon conducteur, c’est également maitriser le Code de la route en ce qui concerne l’usage des outils de signalisation notamment des feux de croisement encore appelés codes. Cette notion s’enseigne durant les cours reçus à l’auto-école et qui précèdent la délivrance d’un permis de conduire.

Cependant, il arrive d’en oublier les rôles ou les restrictions qui régissent leur utilisation. De plus, la plupart des usagers de la route, motocyclistes et piétons ne savent pas toujours quand est-ce qu’il faut se servir de cet éclairage si particulier.

Pour éclairer votre lanterne, voici un guide qui vous donne en détail l’essentiel à savoir. Vous allez en apprendre davantage sur les feux de croisement, leur portée, leur puissance, les moments où vous pouvez vous en servir ainsi que la règlementation concernant leur utilisation.

Quels sont les rôles des feux de croisement ?

Le nom n’est pas trompeur, ils s’utilisent bien lorsqu’une voiture en croise une autre. Contrairement au phare, ils ne sont pas dotés d’une grande portée. En effet, ils sont conçus de sorte à fournir plus de luminosité à droite plutôt qu’à gauche.

Cette disposition est prise pour qu’un usager venant en sens inverse ne soit pas ébloui par l’éclairage d’un autre conducteur.

Une portée optimale pour être vu sans éblouir

En moyenne, un feu de croisement a une portée de 30 mètres. Contrairement aux pleins feux ou phares, les feux de croisement ne sont pas conçus pour vous procurer un éclairage sur une très longue distance.

L’objectif est de vous permettre d’être vu par les autres usagers de la route en leur permettant de circuler aisément à leur tour. Ils sont généralement constitués d’une ampoule h4 (ou LED h4) qui permet d’obtenir ce type d’éclairage. Il faut donc trouver des H4 LED performants et efficaces pour un effet optimal.

Quand doit-on allumer ses feux de croisement ?

Il est conseillé de mettre ces types de feux en marche à la tombée de la nuit. Par précaution, il est également préférable de procéder à une vérification complète du système avant de prendre la route.

Une réglementation légale existe et prévoit des sanctions au cas où il n’en serait pas fait un usage respectueux du Code de la route.

Feu de croisement, puissance maximale et réglementation en Europe ?

Vous avez là un éclairage auto dont la puissance fait environ 44 watts. Cependant, depuis quelques années, notamment en France, la puissance d’un feu de croisement peut atteindre 55 watts.

Par ailleurs, dans certains pays d’Europe, il est obligatoire de circuler en journée en ayant ces feux allumés. Il s’agit notamment de :

  • L’Autriche ;
  • La Bulgarie ;
  • Chypre ;
  • La Norvège, etc.

En France par contre, cet aspect relève uniquement d’une simple recommandation. Cliquez ici pour en savoir davantage.

Notez également qu’il existe des avancées technologiques qui permettent une utilisation plus optimale des feux. Vous trouverez aujourd’hui des feux qui savent s’adapter à la vitesse du véhicule et l’espace à éclairer.

Cette adaptation tient aussi compte du degré d’inclinaison du volant et de la voiture. Il s’agit d’une innovation technologique qui vient simplifier la conduite nocturne aux conducteurs. Consultez cet article pour découvrir l’ensemble des fonctionnalités attribuées à ce type de feu.

L’essentiel de leur mission revient donc à permettre une bonne visibilité d’un usager par un autre. Cela passe par un éclairage de la route sans courir le risque d’éblouir le conducteur d’un véhicule venant depuis le sens inverse.

Voilà donc l’essentiel à savoir pour comprendre le fonctionnement de ces feux. Ils favorisent un éclairage efficace pour le conducteur, mais non éblouissant pour l’usager en face. Les réglementations liées aux feux de croisement peuvent varier d’un pays à un autre, mais aussi d’un continent à un autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut